Wikia Forge d'encre2015
Advertisement

Compte-rendu, de l'entretien entre Victor Delacroix et le sénateur Van Arden

Uruk.jpg

Uruk est une cité-planète, d'après les textes anciens elle a été investie par des colons venus de la Terre, mais à leur arrivée il n'y avait personne : que des bâtiments, des villes et un grand nombre de technologie déjà présentes. Néanmoins pour une autre raison inconnue, ils n'ont jamais réussi à trouver le chemin les ramenant à leur planète d'origine, les plans et autre données ayant miraculeusement disparus, aussi bien des disques dur, livres, cartes que de l'esprit des gens. L'humanité  s'était trouvée un nouveau « chez elle » et personne n'avait vraiment envie d'aller voir ailleurs, ils laissèrent les vaisseaux à l'abandon et la planète resta dans son coin jusqu’à il y à quelques mois.

Néanmoins les souvenirs de la Terre étant bien présents, ils ont crée plusieurs cultes, et au bout de quelques décennies la planète entière fut séparée en différents quartiers, propres à un culte ou une divinité. Au fil des ans, des religions comme le Christianisme, l'Islam, le Judaïsme, disparurent ou s'intégrèrent à d'autres cultes, fût entièrement peuplé. L'évolution du panthéon est complexe et je ne la connais pas, néanmoins un grand nombre de divinités avait été crée entretemps, et la nouvelle humanité trouva un système pour permettre à chacun de pouvoir vivre en communauté tout en respectant ses croyances et idéaux propre à leur culte, sans entraver les autres. Les quartiers de culte étaient nés.

Tout se passa bien pendant plusieurs autres décennies, mais parmi ces cultes, certains rêvaient d'expansion, et pas simplement sur Uruk. Les anciens vaisseaux furent remis en état et d'autre fur créés, et mis à part les cultes en question, personne ne le savait vraiment.

Voilà quelques mois, les premiers vaisseaux sont partis, des débats suivis de fortes altercations ont commencé à naître, et il y a quelques jours les premier vaisseaux venu d'ailleurs ont atterri avec un message.

Une flotte de vaisseaux venant d'Uruk avait massacré plusieurs villages d'une planète reculée, et leur avait infligé de sévères dégâts avant de s'enfuir. Ils demandaient réparation et surtout des explications, avant de nous relater ce qui s’était passer.

Ils gravitaient autour d'une petite planète, quand un groupe de vaisseaux arriva et se posa sur la planète. D'après un éclaireur, au début ce ne furent que quelques prêcheurs disant venir de la part d'un dieu nommé Zerphis, symbole d'unité et de paix entre les peuples ainsi qu'entre les dieux, et proposant aux hommes de s'unir et de ne faire qu'un sous leur culte.

Certains acceptèrent, mais pour ceux qui avaient refusé, il se firent massacrer par centaines, avant que la flotte n'attaque leurs vaisseaux et ne s’enfuit après avoir perdu plusieurs des leurs.

A l'heure actuelle, personne ne sait ou ils sont, où ils comptent aller, combien ils sont, ni s'ils ont des alliés parmi les cultes d'Uruk. A cause d'eux chaque culte se méfie des autres, et de fortes altercations, non physique heureusement, ont éclaté. Ils comptent convertir d'autres mondes, c'est certain. Bien que mineur dans la galaxie, le culte de Zerphis est un des plus importants sur Uruk.

Autre donnée complexe : justement la technologie du culte de Zerphis. Nous avons des techniciens pour entretenir la planète et toute la technologie présente, mais nous avons mis un point d'honneur à ne jamais produire de machines. Nous ne sommes pas anti-technologie, mais considérons que l'être humain n'a pas besoin d'être assisté, outre par les instruments déjà présents sur Uruk et qui, pour la plupart, ne tombent que très rarement en panne. La vitesse à laquelle ils les ont produit nous pousse, encore plus, à penser qu'au moins un culte les aurait aidé, et qu'il auraient certainement trouvé des plans et des ressources quelque part.

Pour ma part je suis né en pesanteur sur la planète, mais bizarrement, quand j'ignorait ce détail pendant mon enfance, je n'ai jamais eu de soucis. L'environnement particulier, notamment l'atmosphère légèrement différente, à donné lieu à d'autres morphologies particulières, avec moins d'impact que sur moi certes, mais leur grand nombre m'a permis de passer pour quelqu'un de normal.

Advertisement