Wikia Forge d'encre2015
Advertisement




1-  Seth Zorine

Je tombe à genoux en vomissant mes tripes. Je crois bien que saigne abondamment du nez en même temps… J’ai juste l’impression que tout mon cerveau est en train de se liquéfier pour couler par terre.Heureusement, cette impression disparait rapidement. Je m’essuie le visage… et découvre que ma main est couverte d’une sorte de liquide argenté. Et ce qui est par terre est argenté aussi.C’est quoi ce bordel ?Et d’abord je suis où ? C’est seulement maintenant que je m’en rends compte, mais une alarme est en train de me vriller les oreilles. Juste à ma droite, il y a Garfield qui semble dans le même état que moi, et juste à gauche Qyburn qui nous regarde d’un air très surpris et brandis un fusil. Tous deux portent un des uniformes gris de l’AMF.

Ah oui, c’est vrai…

Je me redresse rapidement en ramassant le fusil devant moi et inspecte rapidement les lieux. Trois autres types de l’AMF sont au sol, en train de trembler comme si on les avait électrisés. Ils s’en tireront juste avec un gros mal de crâne, normalement…La Nouvelle Pierre de Rosette est à trois pas derrière nous, protégée par un dôme en plexi-verre. Encore un peu plus loin, le module d’alerte qui nous a surement amené ici trône au milieu des débris du plafond qu’il a traversé. Mervot est déjà en train de s’approcher du dôme, tandis que Victor surveille le couloir principal.-          Bon, il faut croire que tout s’est parfaitement bien déroulé, lance-je joyeusement.-          Pas un geste, ou je tire ! hurle Qyburn a ce moment en mettant Mervot en joue.-          Je retire ce que j’ai dit…De toute évidence, ses nanites sont toujours actives… Le biologiste me fait signe de l’ignorer :-          Juste un peu de retard… le code, vite !Le code ?Bien sûr, le code ! Je m’en souviens parfaitement, comme si je l’avais appris hier. Les réserves de la sécurité le connaissent tous au cas où il faudrait mettre la Pierre en sureté.Je me précipite vers le clavier à la base du dôme et compose le mot ‘’Xirtuche’’. C’est le nom du stagiaire des services informatiques de l’AMF qui s’occupe des codes. Un nom ridicule, pour ce que j’en pense…

Le dôme coulisse, dévoilant la Pierre elle-même. Sans perdre un instant, Mervot installe une sorte de lanière tout autour. L’objet est pourvu d’une multitude de dents pointues qui commencent à ronger la base du socle en produisant un son strident désagréable.En regardant derrière moi, je vois Victor penché au-dessus de Qyburn, qui esttrès occupé à vomir tout le contenu de son estomac. Les choses s’arrangent de ce côté.La suite se déroule très vite, sans que nous ayons besoin de parler. Comme prévu, moi et le pilote réceptionnons la Pierre avant qu’elle ne tombe au sol et la soulevons pour commencer à l’évacuer. Mervot se penche sur le socle et en sort un étrange cylindre… Il y avait donc bel et bien un truc planqué là-dedans.Victor est déjà parti devant pour distraire les gardes, et Garfield s’occupe de créer une diversion grâce au module d’alerte.L’alarme n’en finis pas de sonner, accompagnée d’un message avertissant les touristes de bien vouloir se rendre aux points de rassemblement. Tout le monde se dirige vers la sortie le plus vite possible. La rapidité est une composante primordiale de la réussite du plan…

Moi et Qyburn étant en train de transporter la Pierre, nous prenons un peu de retard. Quand nous débouchons enfin dehors, j’aperçois Mervot loin devant presque déjà rendu au vaisseau. A une vingtaine de mètres, je vois Victor faisant de grands gestes en s’adressant à un groupe de gardes, qui n’ont malheureusement pas l’air de l’écouter et convergent vers le bâtiment.C’est-à-dire droit sur nous.-          Merde, on fait quoi ? grogne le pilote devant moi.-          Fais comme si tout était normal, réponds-je rapidement.Les types de la sécurité arrivent à notre niveau, et mon camarade leur crie d’un ton assuré :-          Protocole 72 ! Nous mettons la Pierre en sécurité !La ruse fonctionne parfaitement, et ils s’écartent pour nous laisser passer.

Nous atteignons le vaisseau sans encombre. Qyburn file aux commandes pour faire chauffer les moteurs, pendant que je pousse la Pierre dans un coin de la soute où elle sera bien calée.Il y a juste un léger problème…-          Euh… il fout quoi Garfield ? demande-je en revenant vers le poste de pilotage.Pas de réponse de la part du pilote, qui effectue un tas d’opérations surement complexes sur ses commandes. Mais de toute façon, ce n’est pas vraiment la peine.Par le pare-brise, je vois parfaitement l’entrée du centre touristique où les gardes de tout à l’heure ont intercepté notre camarade. Mervot a fait demi-tour pour lui porter secours, pendant que Victor continue de gesticuler pour attirer leur attention.

La suite est assez confuse. Je suis malheureusement trop loin pour faire quoi que ce soit, et suis condamné à être un simple spectateur. Le diplomate tire en l’air avec son arme, ce qui obligé certains gardes à se tourner dans sa direction pour voir ce qui se passe.Dans le même temps, le biologiste a bondi au milieu d’eux pour s’écraser au sol. Je ne sais pas trop si c’était volontaire ou non, mais dans tous les cas Garfield profite de cette diversion pour désarmer les plus proches. S’ensuit une courte mêlée, d’où émergent nos camarades victorieux.Ils piquent tous un sprint vers le vaisseau prêt à décoller. Je les aide à monter à bord alors que Qyburn commence à soulever l’engin du sol.A quelques mètres, les gardes encore debout sont incapables de faire autre chose que nous regarder nous enfuir. Nous accélérons, et le vaisseau commence à filer vers la limite du biodôme de l’Observatoire.

J’éclate de rire en balançant une tape dans le dos de tout le monde :-          Et voilà ! Ils n’ont jamais eu la moindre chance ! L’AMF y réfléchira désormais à deux fois avant de confier à des intérimaires le boulot de professionnels !J’ai à peine fini de parler qu’un violent choc secoue la carcasse de notre transport et manque de me faire tomber. Un instant après, des voyants rouges de mauvais augure se mettent à clignoter.-          Et merde… je retire ce que j’ai dit…-          On est touché ! confirme Qyburn en luttant avec ses commandes.Alors que la sortie semblait si proche, nous commençons à perdre de l’altitude et à retomber vers le centre touristique…

A SUIVRE…


2- Qyburn

"Et BAM ! Ça commence, à peine décollés, première emmerde, les réacteurs qui déconnent !" Cris-je dans mon siège du cockpit, dirigeant et boostant les propulseurs inférieurs pour sauver un peu d'altitude ... et amortir la chute, au cas où. "Quand je dis que le techno-metal c'est de la merde ! GARFIELD ! Grouille toi de réparer comme tu peux, faut qu'on s'arrache !" Dans ma tête à cet instant, mes mots se perdent pour faire de la place oh "PUTAIN DE MEEEEERDE" qui y résonne de manière foudroyante. Sur les rétines du vaisseau, c'est un gigantesque vaisseau de combat de l'AMF qui nous est littéralement "tombé dessus". A quelques centaines de mètres de notre toit, il descends ...

A ce moment là, je ne sais pas pourquoi, je ressens une montée brusque de mes constantes vitales. Un coup de fouet comme j'en ai jamais eu, et pourtant je m'y connais ! (j'apprendrais plus tard que mon ami Mervot a tout bonnement pensé qu'il était judicieux d'injecter de hautes doses d'épinéphrine dans le vaisseau, sans se soucier que j'y sois connecté). Réfléchissant vite, je désarme les sécurités et programme un saut d'un quart de seconde en FTL, dans l'angle de ciel laissé par le croiseur de combat.

YOUHOUHOUUUUUUU ! c'est une réussite, nous voilà au dessus du vaisseau menaçant ... mais hélas, il a trois gros canons à proton pointés droits sur nous ! et BOUM, on se retape un coup, sans doute de semonce vu le peu de dégâts ...

Je n'ai pas le temps de préparer plus notre départ qu'une voix résonne dans l'intercom. Il s'agit de l'Amiral Burns, le commandant du vaisseau qui veut nous arraisonner. Déjà, pas question, vraiment, pas moyen mon chien ! Et voilà que Seth se met à lui répondre ! Comme quoi il le connait et tout ! Mais qui lui a laissé l'intercom, bordel, j'lui avais dit les canons !

Tandis que l'Amiral répond, Garfield arrive enfin a faire repartie les subluminiques. Il est temps. Je ne sais pas pourquoi, mais il n'est plus question de nous demander de nous rendre, l'amiral Burns à directement demandé qu'on nous abatte !!

Je booste les propulseurs, et tandis que le Pelerin s’occupe de calculer notre trajectoire pour le saut FTL, je me charge de manœuvres évasives pour éviter d'être touchés. Mais Seth est un fin artilleur, et parvient à toucher de manière super critique le Croiseur : en pleine bouche du canon. La réaction en chaine est formidable et le vaisseau ennemi va s'écraser se le sol, plus en douceur que je ne l'aurait voulu. Et l'instant d'après, nous étions en FTL. * * * Durant le temps qu'il nous reste, la trajectoire ayant été vérifiée pour parvenir à atteindre une station Ker'Osen loin de la plus directe pour Iodera, je n'ai plus besoin de piloter. Je vais féliciter les gars pour leurs manœuvres (même si je retient clairement mes compliments concernant l'épinéphrine, grand TARÉ), puis vais me coucher, brancher au vaisseau comme à mon habitude.

Et pendant que Garfield répare ce qui doit l'être, et en particulier les moteurs subluminiques endommagés, Dante se pique de faire des expériences sur le truc qu'on a trouvé avec la pierre de Rosette ... Quand à Seth, je sais pas trop ce qu'il faisait. Le vaisseau ne m'a rien partagé de ça.

Tout ce que je sais, c'est que mon partage avec le vaisseau est vite devenu cauchemardesque, pour se conclure par une douleur fulgurante qui m'a tiré de mon sommeil ! J'ai couru à travers le vaisseau, jusqu'à l'infirmerie, où se trouvait Dante, selon toute vraisemblance. Et là, alors que je m'apprêtait à lui demander de l'aide avec la douleur et le discours décousu qui continuait de me torturer les méninges, je constatait qu'une colonne de .... "chairs métalliques" (c'est ce qui s'en rapprochait le plus) était apparue dans la pièce durant mon sommeil. Quand j’interrogeais Dante, il me dit, d'un ton désabusé : "non, mais j'ai juste voulu voir c'que ça faisait", m'expliquant qu'il a mis l'objet en contact avec le vaisseau, qui ça a donné la colonne, et qu'il a ensuite brûlé les dendrites qui restaient sur l'objet, qui avait d'ailleurs perdu de sa dimension originale ...

Pas le temps de l'engueuler que je sombrais, sans savoir pourquoi, dans ... le noir. Plus rien ...



3- Garfield

Précédemment, sur le (la?) Pèlerin Pourpre.

Certains jours, je me dis que ma tronche n'est pas un gros problème. Généralement, je suis à bord du Pèlerin. Il nous arrive toujours des saloperies pas possibles, et des gratinées. Mais depuis qu'on a embarqué ce salaud de Mervot, on a passé un cap. Si j'regarde, les emmerdes que j'ai, sur les dernières 24h, viennent essentiellement de ce taré. Je m'explique.

On avait réussi a échapper au taré de l'AMF qui semble avoir une dent contre Seth, notre pyromane. C'est vrai d'ailleurs qu'on en a pas des masses causé, faudra que j'y pense. Bref. On était parti pour un trajet divergent vers notre commanditaire, quand cet abruti de Mervot a joué avec l'artefact. Je sais pas ce que c'est, ça m'intrigue un peu j'avoue, mais bordel quand le machin commence à faire des arborescences organiques dans le vaisseau on réagit quoi ! Enfin bon, ça c'était avant. Pendant que le pilote était HS, et que je pensais Mervot surveillé, j'me suis mis aux réparations. Et bordel y en avait, parce qu'on avait déconné sévère pendant l'accrochage. Je m'égare. Donc, j'me met aux réparations pendant que -ils m'l'ont dit qu'après- Mervot s'est mit en tête de faire joujou avec l'artefact bizarre. Le cylindre quoi. Moi, j'étais déjà pas dans la mouise, j'avais plus de boulot que durant le Blitz de la quatrième lune de Jiron. Tout était déréglé ! En plus dans la panique j'avais mal rebranché des trucs. Ajoutez à ça que le vaisseau me faisait un rejet des implants cybers, et c'était le pompon !

Et puis pas n'importe quels rejets hein, il m'avait remplacé tout l'attirail de contrôle par de l'organique luminescent. Pas la daube qu'on trouve sur les standards organiques, qui communique par phéromones, que ça devient vite incompréhensible. Du tableau de bord de luxe, avec son et lumière. C'est là que je me suis rendu compte que c'était la merde. Des trucs qui poussaient, à toute allure ! Un système endocrinien flambant neuf, des nouveaux organes, systèmes redondants vasculaires et nerveux... Du haut de gamme. Et puis les hormones étaient chamboulées. Mais quand j'dis chamboulées, je dis qu'on est passé de taux asexués à des taux ressemblant plus à de la femelle en pleine croissance ! J'me dis que ça doit intéresser le pilote, parce que bon ça risque de lui faire drôle. Ce que j'ignorais, c'est qu'ils étaient en train de s'envoyer des pêches dans le labo ! Même que Mervot lui a cautérisé la couenne ! Un vrai malade j'vous dit. Il m'a collé les chocottes depuis qu'il est arrivé, un truc de fou. Vu que j'avais plus d'écrans, j'ai du améliorer ma connexion empathique pour comprendre ce qu'il se passait en alignant mes fonctions hormonales, c'est la que j'ai compris le problème de changement de sexe. Parce qu'avec les taux d’œstrogènes que je me coltine, entre les poils et les boutons... Enfin bon ça va pas m'enlaidir.

Enfin ! Je fait ça, j’essaye de les contacter sur l'intercom, mais comme j'disais rien à faire, ils s'engueulaient à s'en déchausser des dents ! Je sais même pas d'quoi il s'agissait. Et comme j'avais des zones d'ombres sur mes nouveaux écrans, j'ai du aller voir. Putain la tuile. Un truc qui bouge entre ma salle des machines et le labo. Au début j'ai flippé, j'ai cru que le vaisseau -on dit le ou la du coup ?- m'avait fait un p'tit ! En fait non, c'est un deuxième cœur. Un cœur redondant ! J'aurais bien demandé au doc, parce qu'il a beau me faire flipper il est quand même vaguement bon quand il cause bestioles, mais cette enflure a fait mal au vaisseau. Et pas qu'un peu hein ! Elle (j'vais rester sur elle hein maintenant, vu comment les choses se présentent) peut plus, mais vraiment plus le piffrer, et du coup moi non plus. D'ailleurs j'ai encore moins envie qu'avant d'être dans la même pièce, j'ai des pulsions de meurtres.


Et après tout ça, pendant que je remettais les moteurs à neufs pour qu'on puisse repartir -oui parce qu'entre temps on était vaguement en inertielle dans le trou du cul du quadrant- Agrippine et Auguste ont appelé. Z'étaient inquiets de pas nous voir arriver. Apparemment Mervot les a envoyé se faire foutre, c'est pas plus mal. Pendant ce temps là, Victor est parti faire un tour de l'extérieur. Idée de con en mouvement, 'fin c'est mon avis, mais heureusement qu'il l'a fait. Il m'a trouvé la dernière zone noire, 'fin le dernier organe, de la vaisseau. Un foutu cerveau. Quand Qyburn va redescendre de son p'tit nuage pharmaceutique, il va halluciner !



4- (Dante mervot) vu par les "yeux" du Pélerin Pourpre

Encore un saut FTL ? Il pourrait attendre que je récupère quand même. J'ai encore mal partout, je me demande si un jour je pourrais à nouveau voler sans problème. C'est encore ce Mervot qui me blesse, heureusement pour lui que Qyburn ne veut pas que je le dépressurise. "Pèlerin, on repasse en FTL !" "Qyburn, je suis trop faible à cause de mon état." Il ne m'entend pas, mais je ne veux pas le décevoir.

Encore une sortie de distorsion, j'ai de plus en plus mal. Oh, une planète, bien trop proche d'ailleurs. Mais bon c'est du gaz, je vais pouvoir manger , entends moi Qyburn : "J'ai faim, manger, manger, manger." A enfin il m'a entendu, on plonge vers la planète.*BIP* Un problème, monte Qyburn. "Pèlerin, en bas vite !" Je plonge, encore pour lui faire plaisir, mais il ne m'entends plus comme avant, il y a maintenant cette chose qui grandi en moi et qui partage mon esprit. Mais heureusement pour moi Qyburn est bon , même sans mon aide. Il esquive à la perfection, mais mon petit ange à de plus en plus d'emprise. Je sens qu'il se passe quelque chose. Je ne veut plus rien faire, plus personne n'entends ma voix et je n'entends plus personne. Tiens qui est ce, Mervot ? Quelle est cette chose ? Non ne le met pas dedans, c'est ce qui l'a cré...

L'autre est devenu trop puissant. Qyburn ? Pourquoi t'entends-je si faiblement ? Pourquoi suis-je si seule ? J'entends l'autre, qui se fait passer pour moi. Pourquoi Qyburn l'écoute ? Ne ramasse pas ça, je sens qu'il y à un problème avec cette boite. Fuis, fuis, fuis, FUIS QYBURN !

Enfin il prend un chemin sur, nous arrivons maintenant au abord de la station, pourront-ils m'aider avec ce qui m'arrive?

Ils s'amarrent, enfin du repos. Tout le monde sort, sauf mes chéris. Tant mieux. Qyburn me parle. "........................." Je n'entend pas répète. "................. fusionner......" Tu veux fusionner avec moi ? Mais alors pourquoi te lis tu à lui ? Ce n'est pas moi. Il faut que je le repousse. Qyburn, mon amour, je n'ai pas assez de force .

Tiens Mervot reviens, il va encore tout faire capoter. Pourquoi Garfield, le suit en courant ... NON pas de coup de feu, arrêtez de vous battre. Qyburn reviens ! L'autre reprend le dessus, il faut que je les arrêtes. Mervot, pourquoi tente t'il de m'amadouer ? Je veux me venger, je le hais, JE LE HAIS ! L'autre entends ma haine et je le sens utiliser la liaison empathique Je/Il s’insinue dans son esprit : "Je n'aime pas souffrir, toi non plus j'espère."

  • Crac*

Mervot viens de perdre le contrôle de sa meilleur moitié. C'est horrible mais je remercie celui qui ne devrait même pas être là.

Enfin un peu de bon sens, jetez le dehors, tuez le. Que ces gens de la station l'emmène loin lui et ses expériences horribles

Advertisement